samedi 15 août 2009

Alpha, tango, charly


Elle venait d'éteindre son ordinateur quand il fit irruption dans son bureau. Il engagea la conversation sur l'heure avancée, la journée qui traînait en longueur. De lieux communs en banalités, et sans trop savoir comment, ils en vinrent à parler de l'Irlande. Dublin, Belfast, Le Vent se lève, de Ken Loach, le conflit qui avait longtemps meurtri le pays, Bobby Sands… Elle évoqua Mon traître, le beau livre de Sorj Chalandon, poignante et douloureuse histoire d'amour pour un peuple, au-delà de son combat; d'amitié et de fidélité, par-delà la trahison. Elle proposa de le lui prêter. Un mois plus tard, il lui rendait l'ouvrage, presque subrepticement, glissa «Je ne l'ai pas lu», et changea de sujet. Lorsqu'ils en avaient discuté, il était pourtant le plus passionné. Convaincu, affirmatif, prolixe, presque intarissable. Sans doute l'aurait-il été tout autant, songeait-elle maintenant, s'il s'était agi d'une randonnée dans les Alpes, du dernier film de Clint Eastwood ou du prochain concert de U2. Ni raconter, ni se raconter, tout juste s'exprimer. L'habitude du portable peut-être.
– Salut, c'est moi. Ça va?

– Oui, ça va, et toi? A ce soir.
S'assurer que la communication n'est pas coupée, que l'on est toujours en ligne. Vérifier que l'on n'a pas oublié le code d'accès. Se connecter.
Phatique, vous avez dit phatique…
Photo SLD

3 commentaires:

Anonyme a dit…

"Coucou... y a quelqu'un ? " voici un petit lien plus utile que phatique pour tous ceux qui feraient, comme moi, du phatique sans le savoir et s'interrogeraient...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fonction_phatique
phatiquement vôtre...
M.S.

Marie a dit…

Merci à vous Yolanda, ainsi qu'à "anonyme" de m'avoir appris un mot nouveau.
C'est vrai qu'on parle, on parle, bien souvent parce qu'on ne supporte pas le silence. Ou bien, on dit un peu n'importe quoi pour ne pas dire ce qu'on voudrait dire vraiment.
Ca fait réfléchir; j'en parlerais à un mien ami, prof de philo;)

Yola a dit…

@ M. S. Bonne idée ce lien, je n'y avais pas pensé.
@ Marie Je crois que c'est Simone de Beauvoir qui a dit : «La parole ne représente parfois qu’une manière plus adroite que le silence de se taire.»